NUMEDIA-ART

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

samedi 21 avril 2007

Vert, rouge, bleu : les lieux et la lumière extralight d’Anne Garde chez acte2galerie

Image source : "Chaillot, cité du Patrimoine et de l'architecture" site d'Anne Garde, exposition en cours chez acte2galerie

Anne Garde, one of her photographs currently at acte2galerie rue d'Artois, Champs Elysées, Paris, France : ""Chaillot, cité du Patrimoine et de l'architecture", http://www.annegarde.com

Outre le fait que les vernissages sont arrosés au champagne Billecart-Salmon mon préféré, j’apprécie le « bon esprit » de acte2galerie,http://www.acte2photo.com/ son choix, son accueil.

Je suis allée jeudi 19 avril au vernissage d’Anne Garde (Extralight du 20 avril au 8 juin, acte2galerie 41 rue d’Artois Paris 75008), ce qui est toujours étrange, car l’œuvre des gens qu’on côtoie est paradoxalement celle qu’on connaît le moins sans doute parce qu’on n'y porte pas la même attention qu’au coup de cœur de la nouveauté.

D’emblée on est frappé par la cohérence de l’ensemble, sous le signe de l’architecture des lieux, et aussi l’architecture de la couleur dans la mise en scène de ces lieux. Anne Garde, qui ne bénéficie d’aucune subvention, d’aucune rente ministérielle, a pour elle la persévérance dans le perfectionnisme et la volonté de poursuivre une ligne de conduite très bien décrite dans la préface de Laure Vernière qu’on peut lire sur leur site. Depuis le fil rouge qu’elle a tendu pour Hermès sur  la route de la soie jusqu’aux rochers bleus des plages basques ou le bleu profond des murs du Palais de Tokyo, au vert phosphorescent des usines lorraines, elle met en scène nos paysages et nos friches industrielles en leur donnant la dimension d’une saga visuelle. Le rouge nippon, le rouge révolution, le rouge carmin du Palais de Chaillot :  Anne Garde lance un tract personnel quand elle en a l’occasion, pour dire le vide, la désertion, l’abandon social, la brutalité de l’arbitraire des décisions qui frappe les lieux comme les hommes, et aussi la splendeur des volumes et des formes dévoilés grâce au tracé qu’elle imprime dans l’original du sujet, de la prise de vue au tirage.  Perfectionnisme dans des tirages spectaculaires : l’argentique y est mis en valeur, dans sa spécificité, relief, matière, éclat, dans l’essence de ce qui fait la photographie, toujours l’art de « la lumière et la vitesse » pour citer l’un des acolytes d’acte2galerie, Renaud Bergonzo,  critique d’art. Le choix du tirage et de l’encadrement en Diasec (méthode de collage sous Plexi brevetée) semble donner une épaisseur particulière aux œuvres exposées : à moitié photo, à moitié tableau, ce qui devrait attirer les collectionneurs et renforcer ce mystérieux  « désir d’appropriation » qu’on ressent au contact des œuvres exposées. C’est aussi l’avis de Renaud Bergonzo, ce quelque chose en plus dans l’intentionnalité et le savoir-faire qui fait que « la photographie devient un objet ».

Au fait les prix (à vérifier) : de 2500 à 9000 euros, à acquérir d'urgence.


dimanche 24 décembre 2006

2007 : NUMEDIA-ART is coming soon...

Source image : "Guilty" Flickr, Irina/Riri's © Irina Souiki
Irina Souiki living in Toronto, Canada. « I work as a software developer and have a true passion for photography. »


NUMEDIA-ART is coming soon..

Bientôt NUMEDIA-ART...